Sans Concession

Vincent Reynouard explique pourquoi la censure sur Internet n'empêchera ni la vérité de triompher, ni la révolution de se faire le moment venu. Bien qu'il ne soit pas favorable à la révolution de 1789, il dresse un parallèle avec l'échec de la censure royale dans les années qui précédèrent.

« Balance Ton Antisémite » se réjouit : le compte VK d'Hervé Ryssen est suspendu. La fin du message annonce que je serai la prochaine cible. Dans cette vidéo, je dévoile le « chantage à l'antisémitisme » qu'exercent ces activistes (pro)juifs. J'explique ensuite pourquoi, un jour où l'autre, ce chantage se retournera contre les Juifs que « Balance Ton Antisémite » prétend défendre.

Si les associations juives s'acharnent sur Alain Soral, c'est, entre autres, parce qu'il dénonce le grand mensonge de la Shoah. Dans cette vidéo, Vincent Reynouard s'appuie sur un exemple précis (l'affaire des plans d'Auschwitz « découverts » en 2008 à Berlin) pour expliquer, en quelques minutes, comment les gardiens de la Mémoire trahissent eux-même le mensonge avec leurs propres agissements.

Un antijuif veut « buter » Vincent Reynouard... Dans cette vidéo, Reynouard lui explique courtoisement pourquoi sa colère est injustifiée.

On demande à Vincent Reynouard de réfuter ce qui a été présenté par Simone Veil comme LE témoignage attestant l'existence des « chambres à gaz ». Reynouard le fait de façon très simple.

Un internaute interroge Vincent Reynouard : « Pourquoi ne parlez-vous pas de l'absence de documents scientifiques et l'absence de rapport d'autopsie prouvant l'usage de gaz létal par le Grand Reich ? Sur six millions de juifs gazés, aucun corps n'aurait fait l'objet d'une telle investigation signée par un scientifique ? » Il est vrai que dès 1987, le professeur Faurisson invoquait cet argument. Dans cette vidéo, Vincent Reynouard explique pourquoi il agit autrement. .

Dans cette vidéo Vincent Reynouard démontre, en moins de 10 minutes, à quel point la thèse officielle de « l'Holocauste » est ridicule. Puis il explique pourquoi, en persistant à persécuter (ou laisser persécuter) les révisionnistes, les Juifs ne pourront pas plaider la bonne foi lorsque la vérité historique triomphera. Ce jour-là, le retour de bâton risque d'être douloureux.

Jeudi 23 juillet, un ancien gardien du camp du Stutthof, 93 ans, a été reconnu coupable de complicité dans le meurtre de plus de 5 000 prisonniers. Vincent Reynouard souligne les deux raisons pour lesquelles ce genre de procès est encore organisé, plus de 75 ans après les faits. La « défense de connivence » adoptée par les accusés se révèle catastrophique pour la vérité historique. C'est à nous, jeunes générations, de rectifier le tir et de faire triompher l'histoire vraie.

Invoquant l'évolution des lois anglaises, Balance Ton Antisémite (BTA) demande l'extradition de Vincent Reynouard qu'il qualifie de « meneur antisémite ». Pour prétendre le démontrer, BTA ment effrontément, en tronquant ses vidéos. BTA ajoute qu'il n'oubliera personne et qu'il n'y aura « ni excuses, ni pardons ». Vincent Reynouard démasque les mensonges de BTA et avertit : au jour des compte, ni les membres de BTA ni ceux qu'ils croient défendre (à commencer par les Juifs) n'auront ni excuse, ni pardon.

Se fondant sur le destin du maréchal Pétain (dont on commémore le décès aujourd'hui) et sur un texte d'Édouard Drumont, Vincent Reynouard lance un message aux jeunes qui viendront le remplacer, afin qu'ils adoptent la bonne stratégie.

Quand on démasque un faux témoin de « l'Holocauste », les partisans de la thèse officielle répondent que cela ne remet pas en cause les faits historiques. Vincent Reynouard démontre le contraire.

Cet ancien déporté juif affirme avoir survécu « par miracle » à onze camps de concentration et d'extermination. Il prétend que six mois après la fin de la guerre, en Allemagne, du savon fait avec de la graisse de juif était encore disponible en pharmacie.
Vincent Reynouard réfute ses mensonges.

Un livre est paru, qui republie les discours du maréchal Pétain. Dans sa préface, Adrien Abauzit déclare que ces discours devraient permettre la réhabilitation du Maréchal et de sa doctrine, afin que la France se délivre des idéaux de 1789 (seule voie de salut). Il croit pouvoir y parvenir sans aborder la question du prétendu « Holocauste », une question étroitement liée à la question juive. Vincent Reynouard explique pourquoi cette stratégie est vouée à l'échec.

Une activiste juive part en en guerre contre les « antisémites » et demande à ses amis de signaler en urgence le compte de Vincent Reynouard. Dans cette vidéo, Vincent Reynouard lui répond. Avec sa courtoisie habituelle, il lui explique qu'en effet, il considère les Juifs comme le peuple de Diable. Mais la suite de son exposé aura de quoi la déstabiliser...

Le 13 juillet, des Internautes ont signalé le compte Tweeter de Vincent Reynouard. La réponse de tweeter, le lendemain, a été une agréable surprise.

Les activistes juifs de la Mémoire accusent non seulement les autorités de Vichy, mais aussi la France entière, d'avoir été les complices de la « Solution finale ». Dans cette vidéo, s'appuyant sur plusieurs documents, dont un totalement inédit car découvert voilà quelques semaines seulement dans les archives britanniques, Vincent Reynouard démontre que ces accusations sont des calomnies. Sa conclusion est claire : « le Gouvernement de Vichy et, plus généralement, la France, méritent d'être lavés des accusations portées à leur encontre par les activistes juifs de la Mémoire. Sur ce point comme sur d'autres, la « mémoire juive » doit être combattue. Les Français, et plus généralement les Européens, doivent se réapproprier leur histoire ; la vraie. Pas celle écrite par les vainqueurs puis récupérée par les Juifs, les premiers pour justifier leurs crimes, les seconds pour obtenir, déjà, la création d'Israël. De cette réappropriation de notre histoire dépend la survie de notre civilisation. Car un peuple honteux d'un passé qu'on lui remémore en permanence est mûr pour disparaître... »

La censure et la répression qui s'aggravent sont conformes à l'idéologie des Droits de l'Homme mise en place par nos adversaires. Dès lors, ne perdons ni notre temps ni notre énergie à la réclamer. Prenons-la de force, sans nous soucier ni de leurs textes, ni de leurs lois, ni de leurs juges...

Sur le Net, les espaces de liberté se réduisent. Avec la suspension du compte d'Alain Soral, VK (le Facebook russe) qui semblait un refuge sûr, menace de tomber lui aussi. Face à ce vent répressif, Vincent Reynouard pointe un danger qu'il faut à tout prix éviter si l'on veut espérer en sortir...

Le 9 juillet 2010, agissant en vertu d'un mandat d'arrêt européen, deux inspecteurs m'arrêtèrent chez moi. Le soir même, je dormais en prison. Ma vie allait basculer. Pour avoir défendu publiquement les thèses révisionnistes j'allais perdre ma famille, ma situation et être contraint à l'exil.
Dix ans après, je raconte ces années d'épreuves. Dans une première partie, je rapporte des anecdotes tragiques, mais aussi drôles et parfois très surprenantes : cache aménagée pour échapper à la Police, rigolade en prison, rupture avec mon épouse, à Auschwitz un visiteur me reconnaît...
Ayant un moment songé au suicide, dans une deuxième partie, j'explique comment j'ai pu remonter la pente pour finalement en sortir, aujourd'hui, avec une détermination renforcée.

Plan de l'exposé :

Piégé par la Police (mon arrestation)
1. Anecdotes de prison
- Les larmes de mon épouse
- Rigolade en prison
- Les lettres d'amour des Gitans
- Mon poème de protestation à la responsable de détention
2. Sortie de prison et rupture avec mon épouse
3. Admettre ses responsabilités pour agir en conséquence
4. Reconnu à la boulangerie et à Auschwitz
5. Les coups de pouce du destin
- Seul en exil, je veux me suicider, mais je finis par comprendre
- Ma mission révisionniste m'imposait de partir en exil
- 2011 : le destin (que j'ai choisi) me sépare de mes enfants
- 2015 : sous la pression, j'ose m'exiler en Angleterre
- Ce qui m'arrivait résultait de mes propres choix et actes, pas d'éléments extérieurs
6. Comment expliquer les malheurs qui nous frappent sans que nous en soyons (apparemment) les responsables
- Une question qui mène dans un domaine inaccessible à la - Science et à la raison objective
- L'être et son Karma
- La loi du Karma peut entraîner des épreuves terribles
- Finalement, tout concourt au Bien
- Si une épreuve doit se terminer par la mort
Conclusion : national-socialiste, je combats par amour du Bien, pas par haine du Mal

Juin 1940 : loin d'anéantir la France, Hitler fait secourir des millions de réfugiés (2/2)

Dans cet épisode, documents et chiffres à l'appui, Vincent Reynouard décrit comment, en juin 1940, Adolf Hitler donna l'ordre aux associations caritatives allemandes de secourir les 5 millions de réfugiés français, belges et hollandais qui erraient sur les routes. Cantines par dizaines, dispensaires, pouponnières, distributions gratuites de nourriture, soins médicaux... rien ne fut négligé pour sauver les vies.

f) Juin 1940 : loin d'anéantir la France, Hitler fait secourir des millions de réfugiés (1/2)

Dans cet épisode, Vincent Reynouard réfute l'argument selon lequel en septembre 1939, la France devait entrer en guerre contre le Reich parce qu'elle était liée à la Pologne et parce que, tôt ou tard, Hitler aurait attaqué à l'Ouest afin d'anéantir la France (comme il l'annonçait dans Mein Kampf). Ceux qui soutiennent cette thèse oublient (ou ignorent) que le 6 octobre 1939, une fois la Pologne écrasée, Hitler n'attaqua pas à l'Ouest : au contraire, à la France et à la Grande-Bretagne, il proposa la paix.
Reynouard explique ensuite pourquoi, le 10 mai 1940, le Führer lança ses troupes au-delà du Rhin. Depuis le 6 octobre, il savait que toutes ses propositions de paix seraient désormais repoussées. La défaite militaire française aurait pu lui permettre d'anéantir le pays. Or, Hitler agira à l'opposé : il commencera par faire secourir les millions de réfugiés Français et Belges qui erraient sur les routes.

Suite à la condamnation de Jérôme Bourbon et à propos de Dieudo, le groupe « Balance Ton Antisémite » écrit : « Notre volonté n'est point de faire taire les haineux, mais de les faire condamner. » Simple hypocrisie ? Non. Vincent Reynouard explique le sens de ce message et les enseignements qu'il faudrait en tirer.

Dans cet épisode, Vincent Reynouard raconte les jours dramatiques de juin 1919, lorsque les vainqueurs usèrent du chantage le plus odieux pour imposer aux vaincus une paix de vengeance. Il expose les protestations solennelles des gouvernants allemands à une heure où, politiquement, Hitler n'existait pas. Il rappelle ensuite l'invasion de la Ruhr, en 1923, par les armées franco-belges. C'est à cette époque que Hitler rédigea « Mein Kampf ». Les diatribes anti-françaises qu'on y trouve s'expliquent donc facilement. Mais douze ans plus tard, devenu chancelier d'Allemagne, Hitler lançait à la France : « Soyons amis ! »

Dans cet épisode, Vincent Reynouard dévoile les procédés odieux utilisés par les vainqueurs de 1918 pour imposer aux vaincus une paix de vengeance. Parmi ces procédés, un blocus impitoyable qui, maintenu après l'armistice, menaçait des millions d'Allemands de mort lente...

Pourquoi, dans les années 20, Hitler était-il anti-français ? Les raisons qui le motivaient étaient purement circonstancielles : Hitler voyait dans la France un ennemi mortel parce qu'à partir de 1918, violant les promesses de paix équitable formulées par le président américain Wilson, les autorités françaises avaient imposé une paix qui impliquait la destruction de l'Allemagne ; dans cette vidéo, Vincent Reynouard le démontre, documents d'époque à l'appui.

SHOW MORE

Created 2 years, 8 months ago.

399 videos

CategoryEducation

Chaîne qui diffuse les thèses révisionnistes. Je propose, j'expose, je n'impose pas. A vous de juger en comparant ce que j'affirme avec ce que mes adversaires affirment de leur côté.